écriture

Le Post du samedi

Je viens de prendre une claque phénoménale en allant fouiner dans l’administration de mon site : 83 666 visiteurs uniques cette année sur www.matthieubiasotto.com, environ 290 000 visites au total. C’est complètement fou, pas vrai ? J’ai pris soin de croiser les données de plusieurs outils (plug-in wordpress et google analytics) avant de vous l’annoncer parce que je n’y croyais pas. Et immédiatement après avoir improvisé une petite danse de la joie dans l’atelier, j’ai réalisé que mon blog ne ressemblait à rien et me faisait même un peu honte. Aucune régularité dans mes publications, pas d’harmonie dans les articles, pas de thématique… mon dernier post remonte à octobre pour un concours – à l’exception de l’article concernant le lancement de “Mes derniers mots” qui date du 11 novembre. Bref, il y a du laisser-aller.

Puisque les stats sont impressionnantes et que j’en suis le premier surpris… je me dis qu’il est peut-être temps de prendre soin de mes internautes et des quelques 3000 inscrits à ma newsletter. C’est ce qui m’a donné l’envie de reprendre les commandes du site et d’en définir les grandes lignes ici et maintenant. Je ne sais pas si je vais tout respecter, ça ressemble un peu aux grandes résolutions du 1er janvier. Celles que je prends avec le foie à l’agonie et la langue bien chargée. Celles que j’oublie le jour même avec l’effervescence d’un caché de citrate de bétaïne. Mais une bonne intention, c’est déjà un début, alors je m’accroche à ça et je vais voir ce que je peux concrètement mettre en place au fil du temps.

Chaque week-end : un post

La naissance du Post du samedi. L’idée, c’est d’être plus régulier en réalisant un petit billet hebdomadaire sur l’avancement de mes textes, les actualités de mes frères de plumes, mes peintures ou mes projets de couvertures – en fonction de l’humeur du moment… Je vous parlerai des idées qui me traversent l’esprit et des différentes pistes que j’ai envie d’explorer. De cette manière, je pourrai optimiser mes journées tout en gardant le contact, car j’ai deux grands besoins parfaitement contradictoires : j’adore papoter avec tout le monde, mais je dois réduire mon temps consacré aux réseaux parce que ma raison d’être… c’est de raconter des histoires. Ce qui introduit, le second point, justement.

Fixer un rendez-vous sur les réseaux

Depuis le début de l’aventure, il y a un phénomène que je n’ai pas vu venir et que je n’ai pas su gérer, c’est ma présence sur les réseaux sociaux et les conséquences qui en découlent. J’essaie d’être très actif, notamment sur Facebook et j’ai la chance d’entretenir un lien fort avec mon cercle que ce soit sur mon profil, sur ma page auteur, mais aussi sur le groupe créé par mon âme sœur du Nord (Damien Gruson). J’ai également un groupe plus confidentiel, l’Atelier, sur lequel je tiens à avoir une relation de proximité, on y parle sans filtre parce que nous ne sommes pas beaucoup… c’est tout l’intérêt.

Si j’ajoute à tout ça, mon compte Twitter et Instagram, ça commence à faire beaucoup de choses à gérer autour de l’écriture. Je n’ai aucune envie de me couper du monde, mais je vais fixer un rendez-vous deux fois par semaine pour me consacrer aux échanges sur ces plateformes. À ce propos, je vous le demande, n’hésitez pas à répondre en commentaire si vous êtes de passage ici : quels sont les jours et les horaires qui conviennent le mieux ? J’ai l’intention de faire un petit live régulièrement, par exemple en fin de semaine, et de m’accorder quelques heures le lundi ou le mardi pour réagir et être pleinement disponible.

À force d’être connecté en permanence, je me rends compte que cette activité est de plus en plus chronophage, mais aussi que je n’arrive plus à suivre le volume des nombreuses sollicitations. Avec ces deux parenthèses connectées, j’ai envie de croire que je serai plus productif, mais aussi pleinement disponible pour répondre à tout le monde – que ce soit pour les lecteurs, mais aussi mes amis indépendants qui ont besoin d’aide ou de conseils (que je ne suis pas toujours en mesure de donner). Et voilà le 3e point qui se profile, belle transition.

Des articles sur l’écriture, l’autoédition et le parcours d’auteur (hybride).

À la lueur de ma petite expérience, j’ai envie d’aborder différents sujets sur l’autoédition – mais pas seulement, avec l’espoir de pouvoir aider celles et ceux qui veulent se lancer et qui ont des histoires à raconter. Pas de grandes leçons, juste le partage de mon approche. Je voudrais parler des astuces qu’il faudra adapter, s’approprier ou pas, en fonction des envies de chacun. Je pense à la structure d’un texte, la collaboration avec les bêta-lecteurs, la promo d’un livre, la couverture, les subtilités de l’outil Amazon (Kindle Direct Publishing, KDP pour les intimes) ou encore la valeur ajoutée d’une maison d’édition. Est-ce qu’on peut vivre de sa plume ? Comment réagir aux commentaires sur Amazon ? Quel est l’intérêt de l’exclusivité KDP select ? L’importance de l’abonnement Kindle ? La stratégie de lancement d’un ebook… Bref, toutes les questions qui reviennent sur le tapis régulièrement.

Je ne sais pas à quelle fréquence je veux le faire, je sais simplement que si ma petite aventure peut aider ne serait-ce qu’un rêveur… alors je dois aller au bout et le poster ici. Reste à savoir comment caser tout ça dans mon planning, mais c’est une autre histoire.

Voilà pour les grandes lignes de cet article un peu long. Maintenant quoi de neuf pour moi ?

Bilan de la semaine

Coup de fatigue suite au lancement de Mes derniers mots. Je pense que je paye la facture de mon régime drastique, mais avec un peu de repos les choses rentrent dans l’ordre. Toutefois, je n’ai pas le temps de m’arrêter complètement, car j’ai deux projets de couvertures et surtout, surtout… je termine de corriger mon texte qui débarque en librairie pour 2018.

D’ailleurs, j’ai pris une grande leçon en échangeant avec mon éditrice (si elle passe dans le coin : un énorme merci). Je m’étalerai sur le sujet le moment venu, mais tout ce que je peux dire pour l’instant, c’est que le regard éditorial apporte un vrai plus au texte. C’est tout nouveau pour moi et j’en ai pris plein les yeux J

Je jette un œil dans le rétro rapidement, déjà 1500 exemplaires, 120 K pages lues et 32 commentaires (pensez à laisser le vôtre sur Amazon, ça compte !) pour mon petit dernier concernant la partie numérique. Il s’accroche dans le top 10 Kindle, c’est super, je peux souffler.

Ah oui !  J’allais oublier, la version epub est disponible sur mon site, c’est par ici : http://matthieubiasotto.com/produit/mes-derniers-mots-numerique-epub-et-mobi/

Vu que je suis un brin hyperactif, j’ai quand même eu besoin de peindre une toile et je pense qu’une autre me tend les bras, je vais craquer dans la semaine et probablement me lâcher sur un 80×80.

Au programme aujourd’hui : Ce matin, bureau de poste où je retrouve ma charmante Karine qui m’aide à envoyer les nombreux exemplaires dédicacés. À force de la voir, nous avons sympathisé et c’est là où je veux en venir : je passe ma vie à La Poste, la logistique des exemplaires papier est un casse-tête (surtout pour un type très mal organisé, comme moi). Aussi, j’ai pris la décision de mettre en pause la boutique dédiée aux livres brochés. Il n’est plus possible de commander en ligne pour l’instant, les dernières commandes seront expédiées en fin de semaine prochaine.

Pour le reste de la journée, je me consacre au tatouage d’une amie chère à mon cœur. La voir est toujours un immense plaisir, lui marquer la peau est un honneur <3 Dimanche, journée en famille, parce que c’est précieux.

Et la suite ? Déjà quelques histoires qui se profilent, mais j’en parlerai dans le prochain article.

Prenez soin de vous.

 

Partagez ! Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+Share on TumblrPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *