la Pelote Bleue – Chapitre 6

l

À certains moments de notre vie, notre propre lumière s’éteint et se rallume par l’étincelle d’une autre personne. Chacun de nous a des raisons d’éprouver une profonde gratitude pour ceux qui ont rallumé la flamme en nous.

Albert Schweitzer – prix Nobel de la paix

Je ne peux pas m’empêcher d’avoir le sourire en constatant que tu ne m’as pas envoyé valser avec mon approche pour le moins originale. Je suis fier de te voir encore tenir cette ficelle de laine, et j’ai hâte de dérouler les prochains centimètres de notre pelote. Car il s’agit maintenant de toucher concrètement du doigt les leviers qui vont modifier ta perception de la situation. On va essayer tous les deux de remplir ton cœur de cette fameuse gratitude. On pourrait remplacer ce mot par lumière, chaleur, espoir, amour ou encore paix. Mais peu importe le terme employé, si j’ai bien effectué mon travail, tu ne seras plus tout à fait la même personne à la fin de ce chapitre. Accroche-toi, mon miracle, on débute tout de suite.

Je te demande lors d’une profonde inspiration de songer un peu aux années qu’on vient de traverser. Aux agissements de BigPharma, à la doctrine du World Economic Forum, à la plandémie, à ses conséquences, au conflit en Ukraine, à l’attitude de nos gouvernants, aux mensonges des journalistes et aux pénuries. Comment face à cet énorme sac de nœuds composé d’heures éprouvantes et de déceptions articulées autour de la crise Covid, on pourrait trouver le moyen d’éprouver quoi que ce soit qui ressemble à de la reconnaissance, à une espèce de chance ou à tout autre aspect positif ?

La tâche semble immense, compliquée, voire inaccessible. Et pourtant…

Il faut le reconnaître, nous ne sommes pas biologiquement et chimiquement égaux face à la gratitude, des prédispositions naturelles permettent à certains individus de ressentir cette reconnaissance et cette joie dans le cœur très facilement, pour d’autres, c’est plus compliqué. Une partie de la population jouit d’atouts biologiques pour maintenir un niveau de bonheur élevé sans trop forcer, et une autre doit fournir un effort considérable pour aller chercher la joie, la toucher du doigt et la maintenir durablement dans le temps. De base, j’appartiens bien sûr à la deuxième catégorie, je suis un râleur né et j’ai toujours tenu les choses pour acquises.

Toutefois, il arrive que par la force des choses un accès immédiat et direct à ce sentiment de gratitude se dessine très clairement. Par exemple, lorsque j’ai fait mon malaise cardiaque le 4 octobre dernier, m’en sortir au bout de quelques jours, presque indemne, sans pose de « stents », avec seulement quelques artères coronaires abîmées et à surveiller, m’a ouvert la voie d’une profonde reconnaissance : j’allais pouvoir continuer à profiter des miens, à écrire encore et toujours, je l’ai vécu comme une seconde chance.

En clair, par contraste, lorsque le pire se profile à l’horizon, le fait d’éviter la catastrophe devient un merveilleux tremplin pour se sentir sincèrement chanceux, profondément reconnaissant. Ce pourrait être ce que ressent une personne prise à la gorge financièrement et dépannée par un ami. Tu pourrais ressentir un truc qui y ressemble si tu es arrêté sur le bas-côté de la route, pour une infraction commise avant de repartir avec un simple avertissement d’un policier bien luné, sans contravention ni point enlevé. C’est ce qui arrive dans le cœur de parents dont l’interminable fugue de leur adolescent se termine bien ou lorsqu’un nouveau-né vient au monde en parfaite santé après une grossesse à risque et un accouchement compliqué. C’est un immense soulagement, une énorme envie de lever les yeux au ciel en murmurant merci.

Et quand j’évoque le ciel, ce n’est pas par hasard, car dans les exemples précédents, je pourrais (et je devrais) remercier sincèrement ma femme ayant eu l’intuition qu’il fallait réagir au quart de tour, les urgentistes, mon cardiologue et son équipe, mais il y a quelque chose « au-dessus » de tout ça, un truc qui nous dépasse, qui a conspiré à ce que je n’y laisse pas la peau. Toujours dans les exemples cités, tu pourrais remercier sincèrement l’ami qui te prête de l’argent, le flic qui te laisse partir sans te coller une prune, ton ado qui revient sain et sauf après t’avoir fait vivre l’angoisse, ou simplement l’Univers pour ton bébé né sous césarienne mais en parfaite santé. En plus d’être reconnaissant pour quelqu’un ou quelque chose en particulier, la gratitude te pousse inconsciemment à rendre grâce à la Vie avec un grand V.

Du coup, la gratitude semble se manifester plus facilement, plus clairement et plus intensément lorsque tu as toutes les raisons de penser que le pire te pend au nez. Et de ce point de vue, ce que tu vis actuellement avec la crise organisée par les élites est peut-être le plus beau catalyseur de gratitude qui puisse exister.

Ok. Pourquoi pas, ça se tient… Mais par quoi commencer?

Eh bien, tu pourrais commencer par te remercier sincèrement de ne pas avoir accepté les injections géniques. C’est un bon début, qu’est-ce que tu en dis ? Tu pourrais en effet te poser 30 secondes et être vraiment reconnaissant envers toi-même d’avoir tenu bon contre vents et marées. Je ne connais pas un seul résistant ayant regretté son choix et je connais beaucoup d’injectés qui s’en mordent les doigts, leurs témoignages pullulent d’ailleurs sur internet chaque jour. Tu avais une pression sociale inouïe, le gouvernement t’a pointé du doigt, tes proches t’ont traité comme un paria et, aujourd’hui, ta santé est intacte, les faits te donnent peu à peu raison. Alors, toi qui es dans le « groupe témoin » d’essais cliniques sauvages à l’échelle mondiale, chaque matin en te levant et chaque soir au coucher, offre-toi une petite introspection pour ressentir les bénéfices de ton choix, remercie-toi du fond du cœur pour ta force de caractère, ton mental à toute épreuve, ta santé préservée et pour cette compréhension du monde dont tu jouis. Car en ayant le courage de dire non, tu incarnes à présent l’avenir de l’humanité, ni plus, ni moins.

Penses-y vraiment, un petit moment, j’aimerais que tu ressentes cette douce lumière dans ta poitrine, tu peux même toucher ton cœur et murmurer « merci » en songeant à ton endurance, à ta volonté, à ta résilience ainsi qu’à tout ce que tu as accompli pour la Résistance. Un peu comme dans le chapitre précédent, focalise toute ton attention sur la région du cœur. Écoute ton cœur battre et prononcer ce mot à chaque pulsation en pensant au merveilleux choix que tu as fait lorsque tu as refusé de passer sous les aiguilles. Imagine-toi quelques instants dans la peau de quelqu’un qui n’a pas eu ton courage ou la même chance, qui s’est senti obligé et qui a cédé à plusieurs reprises. Visualise le doute qui le ronge, ou même les symptômes qui pourraient lui gâcher la vie, puis par contraste, apprécie pleinement la liberté dont tu bénéficies ainsi que ta santé parfaite. Et tandis que ton cœur répète « merci » de l’avoir épargné d’une myocardite, je t’invite à fermer les yeux une seconde pour visualiser cette chaleur dans ton sternum, une sorte de lumière qui irradie ton buste. À ce moment précis, tu peux inspirer profondément et te représenter mentalement le fait d’aspirer dans tes poumons le mot « merci », cette sensation de paix ou cet éclat lumineux envahissant tes bronches. Oui, remercie ton intuition, ton « intelligence du cœur » et cette « cohérence » que tu es en train d’effleurer.

Si, au contraire, tu as craqué face à l’énorme pression planétaire et que tu as reçu une ou plusieurs doses, tu peux te remercier du fond du cœur d’y voir clair à présent. C’est aussi l’occasion d’éprouver une sincère reconnaissance pour ton organisme qui résiste, ainsi que pour l’incroyable chance qui t’évite de figurer dans la trop longue liste des victimes subissant les effets indésirables de ces « vaccins ». Remercie-toi chaque jour d’avoir évité le pire et d’avoir ouvert les yeux au bon moment.

On peut également remercier l’arrivée d’Omicron, ce variant a subitement cassé la dynamique de la plandémie, cet évènement (fortuit ou pas) a bouleversé positivement le scénario initial pour se transformer en simple rhume facilitant l’immunité collective.

À présent, tu peux remercier tous ceux qui ont tenu bon, comme toi et moi, nous sommes des millions sur Terre dans le même cas, et sans cette masse critique, le monde aurait déjà basculé dans un totalitarisme sanitaire sans retour en arrière possible. Chaque jour, éprouve une sincère gratitude pour les gens ayant ouvert les yeux avant toi et grâce à toi. Ceux qui t’ont précédé ont contribué à ton réveil, ceux qui t’ont écouté par la suite participent à la Résistance qui prend de l’ampleur à chaque seconde et aux quatre coins de la planète. Ils sont de tout âge, de toute classe sociale, de tout pays, de toute confession, de toute profession et pourtant ils pensent comme toi. Ils ont tous soif de vérité, de justice et de liberté. Merci à eux, merci à nous, chaque jour. Cette idée devrait t’apporter un apaisement presque immédiat et dessiner sur ton visage un début de joli sourire.

Et si ce n’est pas le cas, pense à tous les enfants que tu as sauvés en campant sur tes positions. Car si les injectés avaient vraiment foi en Pfizer, Moderna et compagnie, ils auraient envoyé massivement leur progéniture dans les vaccinodromes, tu ne crois pas ? Ce n’est pas arrivé et ça n’arrivera jamais, car la graine du doute a été semée par toutes les personnes qui n’ont pas cédé au chantage social. Chaque parent sait en son for intérieur ce que tu as eu le courage de dire tout haut et d’assumer, même les triples dosés les plus convaincus par la propagande doivent penser à ta réaction puisque la grande majorité n’a pas fait vacciner les jeunes enfants. C’est un fait, un peu partout comme à New York, les centres de vaccination pour les plus jeunes sont déserts et ferment leurs portes. Tu as donc contribué avec tous les réfractaires des cinq continents à faire bloc, un bloc capable d’épargner les générations futures. Tu peux me croire, ça vaut bien chaque matin en buvant ton café quelques secondes de gratitude à ton égard. Remercie-toi profondément et remercie tous les parents prêts à défendre bec et ongles l’avenir de nos enfants.

Au quotidien, on peut s’estimer extrêmement reconnaissant pour tous les lanceurs d’alertes qui travaillent sans relâche à décrypter l’actualité, ils le font gratuitement, sur leur temps libre, au péril de leur niveau de moral et de leur vie personnelle. Cet engagement de tous les instants mérite bien quelques secondes de gratitude, tu ne crois pas ?

Mais on peut également s’estimer chanceux d’avoir dans nos rangs tous les courageux internautes ayant pris le risque d’informer, d’émettre des doutes, de se faire bannir des réseaux sociaux pour avoir osé dire la vérité. On peut se montrer reconnaissant d’avoir eu des médecins à l’éthique irréprochable et plus que compétents, capables de remettre en cause la propagande malgré la pression et les sanctions. Combien sont-ils ? Dix ? Cent ? Plusieurs dizaines de milliers ? Tous ces dissidents nous ont ouvert les yeux, ont fait preuve d’un courage remarquable et permettent à ce chapitre d’exister. Ils consacrent encore et toujours leur temps à nous tenir réellement informés, et je crois que c’est une merveilleuse raison d’éprouver la plus belle des gratitudes. Je suis certain qu’un jour, il y aura une fontaine sur la place « Didier Raoult », qu’il y aura une avenue Robert Malone, le boulevard Louis Fouché, la grand-rue Christian Perronne, l’esplanade Vladimir Zelenko…

On peut remercier les docteurs épris de liberté, de prudence et de conscience médicale qui ont outrepassé les règles pour « vacciner le coton ». J’ai une profonde gratitude pour tous les acteurs des faux passes sanitaires condamnés par la loi, car même s’ils ont nourri les statistiques en entrant dans le jeu du gouvernement, ils ont épargné de nombreuses vies.

J’aimerais qu’on soit reconnaissant pour les manifestants qui démontrent une assiduité et une persévérance sans faille depuis le début de la crise, même si battre le pavé n’a pas changé quoi que ce soit. À leur manière, ils participent à la lutte, ils ont entretenu un espoir nécessaire lorsqu’il le fallait et ont bien évidemment toute ma gratitude pour l’énergie dont ils témoignent. Car le jour où nous allons agir de concert, ils représenteront un magnifique réservoir d’énergie en mouvement, une vague monumentale capable de changer le monde. Mais j’en parlerai dans les prochains chapitres.

Quand on y pense deux secondes, on peut ressentir une profonde gratitude envers les associations qui défendent nos libertés, qui se battent pour nos enfants, celles qui soutiennent les victimes des effets indésirables. Ces gens sont dans l’action, apportant une aide précieuse à ceux qui en ont le plus besoin. Merci à chacune d’entre elles de prendre soin des plus touchés par la situation actuelle.

Matin et soir, tu peux remercier du fond du cœur la personne qui a planté la graine dans ton esprit afin que tu sortes de la matrice actuelle. Appelle-la, écris-lui, rappelle-toi du chemin parcouru depuis et dis-lui sincèrement merci. Remercie tous les documentaires et les équipes qui se cachent derrière ces reportages indépendants pour les informations précieuses que ces contenus t’ont livrées. Tu peux remercier les vrais journalistes indépendants, les auteurs, les artistes engagés, les associations de défense des droits, ils sont si nombreux à œuvrer pour que le pire n’arrive pas.

Dans ton cœur, la gratitude peut faire une place particulière aux soignants suspendus, aux pompiers écartés, aux militaires sur le banc de touche. Ils ont fait preuve d’un courage héroïque mettant de sérieux bâtons dans les roues du discours dominant, et ce, au péril de leur carrière. Grâce à eux, un dilemme de société s’est posé, ouvrant les yeux à de plus en plus de monde. Même si ce n’était pas assez pour stopper les élites corrompues, est-ce que chacun de ces héros ne mérite pas chaque jour un peu de reconnaissance dans ton cœur ?

Tous ces gens ont fait une différence, ils ont permis au narratif officiel de se fissurer en freinant les élans sordides d’un nouvel ordre mondial à la sauce Davos. On peut éprouver une profonde gratitude pour les concepteurs de Telegram ayant décidé de ne pas suivre la folie de la censure. On peut remercier les développeurs des plateformes vidéos non censurées, et rendre grâce à tout ce temps consacré à nous fournir un service de qualité afin que la vérité transite d’un serveur à l’autre jusqu’à ton smartphone.

Tu le vois, les sources et les motifs de gratitude sont aussi nombreux, si ce n’est plus, que les raisons de se plaindre.

Il y a 86 400 secondes dans une journée, tu émets 6200 pensées en 24 heures, et ton cœur bat plus de 100 000 fois par jour. Ces dernières années, combien as-tu consacré de secondes à exprimer une sincère reconnaissance pour tes choix et pour tous ceux qui luttent à tes côtés ? Combien de tes battements de cœur étaient consacrés à remercier comme il se doit toutes nos petites victoires, même les plus discrètes ? Car apprécier ta bonne fortune, arrêter de traquer ce qui ne va pas et cesser de prendre pour acquis les éléments qui composent ta vie est la première étape pour avancer vers une puissante gratitude.

J’aimerais que tu songes une seconde à tous les magistrats dans le monde qui témoignent d’un sens aiguisé de la vérité concernant les laboratoires pharmaceutiques. Même s’ils sont encore minoritaires, il est bon de te rappeler que c’est le juge fédéral Mark Pittman qui a ordonné à Pfizer et à la FDA de communiquer les résultats des essais cliniques. La justice baléare a demandé en août la publication des contrats non censurés pour ces poisons à ARN-m, toujours en Espagne, le tribunal constitutionnel accepte la plainte de personnes vaccinées contre leur gré par voie judiciaire. En Italie, le tribunal de Pesaro ordonne l’analyse des fioles Pfizer. C’est un premier pas vers la vérité qui mérite notre plus profonde gratitude, car au moment où je te parle, des centaines de juristes épluchent les données des labos et préparent l’offensive juridique. Les choses bougent, c’est lancé, c’est inarrêtable et les élites le savent. Ressens-le dans ton cœur et dans ton pouls, à chaque fois que tu inspires, tu peux penser « merci ».

Plus puissant encore que de simplement penser ou méditer à la question, je t’invite également à prendre un stylo pour écrire toute cette gratitude sur le papier. Car lorsque tu écris, tu stimules « l’aire de l’agraphie d’Exner », une zone du cerveau spécialisée dans la production de l’écrit, l’interface indispensable entre un code abstrait – le langage – et un code concret qui va entrainer la contraction de certains muscles. Ainsi, en joignant l’action à l’intention, tu matérialises ce que ressent ton cœur, tu décuples l’intensité de ta gratitude, ainsi tu offres à tes pensées un tremplin énergétique formidable.

Devant cette même feuille, tu peux t’offrir un tour d’horizon et noter tous les motifs de gratitude, d’abord en débutant par tout ce qui te semble positif, comme on vient de le faire plus haut. Mais il est également possible d’aller chercher la gratitude dans ce qui semble négatif au premier abord. On pourrait par exemple prendre le temps de remercier très sincèrement E. Macron. Vraiment. Du fond du cœur. Car en déclarant que « nous sommes en guerre », il a précipité le réveil de nombreuses personnes. Sans ce personnage, jamais nous n’aurions été aussi nombreux à sortir de l’illusion. En nous confinant, il a forcé des milliers d’individus à se documenter et à creuser, j’en suis le premier concerné. Que ce soient des « sous-citoyens » emmerdés, du « quoi qu’il en coûte », ou plus récemment du « prix de la liberté » à payer par les Français ou de « la fin de l’abondance », on peut être reconnaissant pour toutes ses fautes qui révèlent au grand jour les plans de l’élite mondiale. La somme de ses erreurs et des précipitations plante la graine du doute chez toute personne se posant des questions, bientôt nous serons des dizaines de millions dans le camp des résistants.

Tu sais, je te parle de la « fameuse zone grise », celle qui s’érode à chaque allocution, à chaque déception, à chaque mensonge ou promesse non tenue et il y a de quoi s’en réjouir. En effet, à chaque abus, sortie de piste ou décision arbitraire, Marcon ne fait que renforcer la Résistance, c’est à croire que le petit garçon au fond de lui s’est inconsciemment dévoué à précipiter notre réveil. Sans ses traits hautains, sa vision du monde au service des banques et son mépris pour les gens d’en bas, nous aurions été nombreux à poursuivre notre route dans une sorte de léthargie propice à la dictature mondialiste.

Il en va de même pour Klaus Schwab, Ursula von der Leyen, Trudeau, Bill Gates et tous les puissants réunis autour du gourou de Davos. À chaque déclaration censée servir le nouvel ordre mondial, à chaque projet qui défie le bon sens, des dizaines de milliers de personnes basculent dans la lucidité sans faire de bruit, parce que l’intuition de chacun est touchée, les faits se contentent alors d’enfoncer le clou. Merci à eux de nous faciliter la tâche. Car plus ils s’impatientent, plus nous sommes déterminés. Plus nous sommes inflexibles et vigilants, plus ils commettent des erreurs flagrantes. Plus ils font de fautes, plus ils dévoilent les psychopathes qu’ils sont réellement, et plus la « masse » ouvre les yeux.

Imagine une seconde l’effet que les coupures d’énergies à venir vont produire en termes de réveil des peuples. Plus de 7 Français sur 10 jugent les mesures prises contre la Russie inefficaces. Combien de personnes vont encore se réveiller brutalement à propos des sanctions officiellement prises à l’encontre de la Russie, mais en réalité contre la population européenne ? Il y a de grande chance que nous connaissions des rationnements dans différents domaines, comment l’individu endoctriné va-t-il réagir ? Il sera furieux d’avoir été berné, trahi, et il va fatalement se déconnecter de la matrice. Ces personnages de l’élite nous sont définitivement d’une aide précieuse, car ils sont les artisans de leur propre destruction et les auteurs de l’échec monumental qui s’annonce. Je crois bien qu’ils méritent tous un grand « merci ».

Oui, prenons tous les deux quelques secondes pour tous les remercier, je suis tellement reconnaissant que la cabale se prennent les pieds dans le tapis en accélérant l’agenda 2030 par excès de confiance ou à cause d’une peur panique. Quoi qu’il en soit, je dis merci aux milliardaires eugénistes, aux politiques corrompus et aux escrocs des banques insolvables. Je prononce « merci », je l’écris et je le ressens dans mon cœur. Cette sensation ressemble à une confiance absolue, à de l’amour pour mes semblables, un contentement pour les jours qui viennent. C’est comme une onde de chaleur diffuse, la certitude qu’il ne s’agit que du début et que le grand réveil va déferler sur l’élite d’une manière incontrôlable.

Les raisons d’éprouver de la gratitude ne manquent pas, on pourrait également se concentrer sur tous les gens qui composent la zone grise et qui la quittent pour nous rejoindre. À chaque fois qu’un individu réalise qu’il n’a pas fait un bon calcul en acceptant les injections, c’est la Résistance qui grandit. On peut se réjouir de tous ceux qui refuseront les aiguilles après avoir cédé une ou deux fois aux conventions sociales. Combien sont-ils à dire stop après deux doses ? Remercie-les d’ouvrir les yeux, ils servent aussi la Résistance, car leur parole est crédible aux yeux des plus endoctrinés, tout le monde a un rôle à jouer et j’éprouve une profonde reconnaissance pour toutes les personnes dans ce cas de figure.

Remercie la personne qui porte son masque seule dans sa voiture, par son ignorance et son geste absurde, elle ouvre les yeux à tous ceux qui réalisent peu à peu que le masque n’a pas empêché quoi que ce soit. C’est un peu comme une publicité ambulante plaidant notre cause. Remercie les présentateurs du JT qui creusent leur tombe en termes d’audience à chaque fois qu’ils répètent le discours dominant, déconnecté des réalités du peuple. Remercie les rares médecins de plateau retournant leur veste sur les chaînes infos. Ils œuvrent pour nous, bientôt viendra le jour où plus personne ne leur accordera le moindre crédit.

On peut éprouver une immense gratitude envers les rares politiques à avoir eu le courage de dénoncer l’absurdité du passe sanitaire et de la politique vaccinale – je pense à Martine Wonner, mais on peut surtout ressentir toute la reconnaissance du monde pour la grande majorité des parlementaires corrompus l’ayant autorisé : ceux-là même appartiennent au monde d’avant, et ils seront tôt ou tard balayés par la vérité lorsque la Résistance deviendra la nouvelle normalité.

Le matin, dès ton réveil, j’aimerais que tu ressentes de la gratitude pour ce que la journée réserve à la Résistance et pour toutes les bonnes nouvelles qui sont en route. Je voudrais que tu ressentes cette petite joie par anticipation, car il n’y a pas un jour où, quelque part dans le monde, le mensonge de la cabale ne se fissure pas.

J’éprouve une sincère gratitude pour ce que nous allons laisser aux générations à venir : une fois la crise effondrée, il restera un devoir de mémoire, une conscience collective sur les abus de Big Pharma, les travers de la Big Tech, ainsi qu’une vigilance de tous les instants concernant la corruption.

Lorsque tu croises tes proches vaccinés, j’aimerais que tu ressentes une intense reconnaissance pour la longueur d’avance dont tu disposes, ils vont tomber de haut et leur paradigme va bientôt imploser. Ils ne sont pas prêts, mais tu peux de nouveau te remercier, car toi, tu l’es, le moment venu, ils sauront se rappeler que tu avais raison et tu seras même en mesure de les aider. Pour chaque personne n’ayant aucun effet secondaire, on peut prendre quelques secondes et se réjouir, histoire d’apprécier la chance que représente le panachage des plus faibles dosages ainsi que les flacons placébo.

Mais c’est bien pour chaque victime d’effets indésirables qu’on doit éprouver un maximum de gratitude, non pas que le malheur des autres soit réjouissant, mais parce qu’elles contribuent dans leur immense malheur à forger une vérité et des statistiques qu’il devient impossible de maquiller au plus haut niveau. C’est évidemment dramatique, mais chaque effet secondaire provoque une réalité qui touche une famille, et les amis de cette même famille ainsi que les amis des amis de cette famille… Cette réaction en chaîne du réel détruit les mensonges du discours officiel puis renforce la Résistance, ça se produit en tout temps et partout à la fois, le point de bascule est proche, j’ai une immense gratitude en songeant à cette idée.

Quand on y pense, même les choses « effrayantes » à première vue sont des raisons sincères d’éprouver de la reconnaissance. Par exemple, l’effondrement qui approche est peut-être la plus grande source de gratitude que la vie puisse nous offrir. Songe à ce système de production à outrance, à la densité de population absurde des grandes villes : Paris, Shanghai, Djakarta, Mexico, Lagos, Las Vegas, on a entassé des dizaines de millions de gens au même endroit. S’écraser contre le mur est inévitable, nécessaire. Il est évident que ces gens ne peuvent pas vivre de ce que produit localement la terre puisqu’on a bâti un monde artificiel dans des endroits où l’eau manque. J’éprouve une immense gratitude pour le bon sens et la raison qui en découlera.

Si un empire s’effondre, c’est qu’il est déjà mort, notre société est en état de décomposition avancée, c’est un fait. Est-il normal de manger des fraises, des cerises, des mangues et toutes sortes de fruits exotiques à Paris en plein hiver ? Tu as la réponse, tout ce fonctionnement n’est ni naturel ni réel, il était grand temps d’arrêter de marcher sur la tête. En clair, l’effondrement c’est ce moment où le monde artificiel est débranché par la force des choses, pour laisser apparaitre ce qui est, et ce qui a toujours été, le retour de la « vraie » vie. Grosso modo, c’est une renaissance. En vérité, tu peux avoir hâte, t’en réjouir et te montrer reconnaissant pour que la mascarade s’arrête au plus vite.

Je veux dire que cette matrice capitaliste de consommation, de production, d’industrie maintenue en vie artificiellement n’est absolument pas viable, c’est une certitude. Ce cycle n’a plus aucun sens, on a remplacé le durable par le jetable, ce mauvais rêve va s’évaporer pour laisser place au réel. Cet effondrement va nous ramener à l’essentiel, à la simplicité, à une autre manière de vivre en balayant ce qu’on nous a imposé jusqu’ici pour survivre. La chute de ce monde artificiel tenu par le système financier nous place au cœur du véritable sens de nos vies, à ce que nous avons tous à l’intérieur de nous. Ce n’est pas une formidable opportunité, sans déconner ?

Dans la matrice, plus personne ne se parle, les gens ont l’illusion d’être interconnectés mais vivent seuls, totalement dépendant de leur carte bancaire, tributaires de la chaîne d’approvisionnement pour se nourrir, conditionnés par le métro, boulot, dodo. Alors qu’après la chute de ce monde monté de toutes pièces, tu auras besoin pour vivre de construire des relations saines avec ton voisin, avec tes véritables amis, mais aussi avec nos anciens et nos jeunes. Parce que tu vas finir par vieillir, l’illusion de ne pas avoir d’autre choix que de terminer dans un mouroir avec une compote et une madeleine pour le goûter va imploser. Tu devras prendre soin de tes parents, et te comporter en être humain afin que tes enfants prennent soin de toi quand viendra ton tour. Cette bascule va nous placer à l’extrême opposé du fonctionnement des EHPAD et du scandale Orpéa. Je trouve que ce retour à ce que nous avons dans le cœur est tout simplement fabuleux. Merci pour ça.

L’effondrement qui vient emporte avec lui tout ce que nous avons délégué au gouvernement : prendre soin des autres mutuellement, notre indépendance alimentaire, notre interdépendance générationnelle, l’éveil, la bienveillance. Bref, c’est la finance qui s’écroule au profit de l’humanité, c’est l’égoïsme qui est pulvérisé en mille morceaux. C’est la mort de l’infantilisation et c’est l’altruisme qui revient au galop lorsque nous allons nous reprendre en main. Avec un doux sourire aux lèvres, je remercie à l’avance l’univers pour cette étape nécessaire à un renouveau, à notre propre souveraineté, à notre responsabilisation.

Depuis l’Empire romain, en passant par les Mayas, de nombreuses civilisations se sont écroulées, ce qui n’est pas le cas de l’humanité, encore moins de la nature. Celle-ci a une capacité à se régénérer incroyable, surtout si les travers de la société occidentale disparaissent. Le soleil se lèvera toujours pour nous offrir une aube grandiose, les coquelicots pousseront chaque année, même sur un trottoir en béton. Lorsque le système financier va tomber, c’est la mise en esclavage moderne qui va agoniser, tu n’auras plus rien à perdre et tout à gagner. N’est-ce pas la plus belle opportunité qu’on puisse nous offrir ? Qui aimerait sincèrement que cet esclavagisme moderne se poursuive ?

Songe deux secondes à ce qui va se dessiner une fois que l’inévitable va se produire. Il va se passer une chose merveilleuse, la vie va nous mettre les cartes sur la table et te donner la possibilité d’apporter une vraie valeur ajoutée en t’obligeant à aller puiser dans ta véritable humanité. Ce n’est pas une raison suffisante pour se sentir reconnaissant à l’avance ?

Par-dessus tout, je suis reconnaissant pour tous les mauvais schémas qui vont s’effondrer à l’intérieur de moi, ce sont autant de facettes de l’égoïsme qui vont couler en même temps que le Titanic. Pour toutes ces raisons, j’éprouve tellement de gratitude que si je le pouvais, j’accélèrerais le processus, parce qu’il me tarde que nous soyons des millions à avoir le champ libre afin de nous réinventer.

Au-delà de l’effondrement, je pourrais égrener encore des milliers de raisons d’éprouver une sincère gratitude, qu’elles paraissent à priori positives ou pas, mais il te revient à présent de contempler le monde d’un œil nouveau et de voir qu’à chaque instant tout, absolument tout, contribue à l’émergence d’une Vérité, ou du Bien si tu préfères. Cela dit, tu peux tout à fait rejeter ce chapitre en bloc et continuer ta vie comme si de rien n’était, je sais pertinemment qu’il faut du temps pour pratiquer la gratitude, se l’approprier et la décupler dans tes veines.

Tu peux aussi me rétorquer que la gratitude n’est qu’une perfusion de morphine qui nous aide à avaler une pilule amère et traverser les épreuves sans trop morfler. Pourquoi pas, c’est une manière de voir, mais il t’appartient de continuer à souffrir sans opiacés, après avoir testé les deux, mon choix est fait. Tu es également en droit de te demander si, au-delà de se sentir mieux, cette pratique change concrètement quoi que ce soit sur le destin du monde. En réalité, la pratique de la gratitude est intrinsèquement liée à une loi universelle déjà évoquée, la loi de l’attraction. J’en ai parlé succinctement dans les chapitres précédents, cette loi gouverne toute l’énergie contenue dans l’univers, de la formation de l’atome au mouvement des planètes, on pourrait la résumer en une expression : « ce qui ressemble s’assemble ». 

À toute action s’oppose une réaction de force égale, tout comme l’aimant attire le métal, ou le « complotiste » la bonne info, la gratitude est magnétique. Quand ta reconnaissance est sincère, la loi de l’attraction stipule que tu attires à toi davantage de raisons d’être reconnaissant. Au contraire, plus tu te plains, plus tes doléances sont nombreuses et sincères, plus tu attires à toi des raisons de manifester des raisons de te plaindre. Ce qui est valable à l’échelle individuelle, mais aussi au niveau de la planète. Nous avons été des milliards à avoir eu peur du virus, devine ce qui en a découlé ? Toujours plus de raisons d’avoir peur. Nous avons crié au scandale, à la corruption, à l’inaction. Et que s’est-il produit jusqu’ici ? Toujours plus de scandales, de corruption et d’inaction. On est certains qu’il y aura des coupures, des rationnements et pourquoi pas un confinement ou un passe énergétique. Est-ce que ça va arriver ? Vu qu’on y pense de plus en plus fréquemment, il y a de grandes chances pour que ça se produise. On s’est lamenté sur une vérité qui tarde à éclater… Et effectivement, elle prend son temps puisque nous sommes des millions à nous en plaindre, à invoquer constamment cette réalité.

Heureusement pour nous, plus tu éprouves de gratitude, plus le phénomène s’amplifie. D’ailleurs plus tu la pratiqueras au quotidien et plus il sera naturel d’éprouver une intense reconnaissance, même pour des choses qui paraissent anodines vu de l’extérieur. Voilà une bonne raison pour relire ce chapitre aussi souvent que nécessaire et partir à la chasse aux motifs sincères d’être reconnaissant. De plus, et même si ça ressemble à un manichéisme primaire, l’énergie et les vibrations des pensées ainsi que des émotions positives l’emportent sur celles teintées de négativité, une chance pour nous de changer rapidement le fusil d’épaule. Enfin, je te réserve le plus beau pour la fin, parce que la loi de l’attraction ainsi que la gratitude fonctionnent pour ce que tu as déjà expérimenté, mais aussi pour ce que tu souhaiterais qu’il arrive dans le futur. Oui, je suis en train de te dire qu’on est en mesure de modeler l’avenir et les potentialités qui nous attendent. Et dans cette optique, l’imagination est ta seule limite. Ce qui signifie que dans le cadre de la Résistance, nous allons équiper le bazooka de notre cœur d’un superbe viseur afin de taper dans le mille aussi souvent que nécessaire. Grâce à la « visualisation créatrice », on va s’armer dans le prochain chapitre d’un système sophistiqué de guidage pour nos pensées, notre gratitude, afin que l’univers conspire à la victoire de la Résistance en matérialisant l’avenir qu’on va imaginer toi et moi…

Merci d’avoir pris le temps de tirer sur le fil. N’hésite pas à me laisser un commentaire le long de ta lecture, ça me fera le plus grand plaisir. 🙏🧶

Prochain chapitre dans

A propos de l'auteur

Matthieu Biasotto

Auteur indépendant toulousain, rêveur compulsif et accro au café. J'écris du thriller, du suspense avec une touche existentielle.

Commenter

Découvre mes 13 livres dans mon pack "L'intégrale numérique" à télécharger
par Matthieu Biasotto

Panier

Articles récents

Commentaires récents

Toggle Dark Mode
Toggle Font Size
0
    0
    Ton Panier
    Ton panier est videRetour boutique