La Pelote bleue – Chapitre 1

L


Les vrais miracles font peu de bruit.

Antoine de Saint-Exupéry

Alors que tu tiens le fil bleu pour dérouler la pelote doucement et ouvrir une parenthèse qui nous ramène à ton enfance, comme une vieille habitude, je vais te demander si tu veux bien mettre un peu d’eau à chauffer. Depuis la pelote rouge, tu sais que j’aime boire une tasse de thé avant d’introduire un chapitre périlleux. Allez, je me lance… Depuis tout petit, à l’école, on compare tes performances, on t’apprend à la fermer, à être le meilleur tout en te comportant comme tout le monde et on t’oblige à écouter les consignes. On t’enseigne des choses que tu dois croire sur parole, on te forme à la docilité dans bien des domaines en vue de faire de toi un consommateur heureux. Plus tard, on t’intime de voter blanc, de voter noir, on t’indique quoi aimer, qui détester. On t’offre sur un plateau des croyances à répéter jusqu’à ne plus les remettre en question. On t’invite à épouser la masse, à trouver un travail et à entrer dans une vie conformiste. En vérité, sous l’étendard de l’égalité des chances, on tue ton potentiel à petit feu, on écrase méthodiquement ta différence et on finit par te rabâcher à longueur de temps que « personne n’est irremplaçable ».  

Combien de fois as-tu entendu cette phrase ?

Trop souvent, j’en suis certain. Ces quelques mots rabaissent n’importe quel individu à son statut de grain de sable dans l’univers, un anonyme dans le métro, un CDI, un numéro de sécurité sociale, une ligne de crédit à la banque, un amant écarté d’un geste du pouce sur une application de rencontre. Avec ce genre de phrases, tu es interchangeable, tu n’es personne, tu n’es rien – au mieux, un bon coup au lit, au pire, un dossier de surendettement ou une convention obsèques. Et ce sentiment de n’être rien, l’impression de se sentir tout petit face à notre ennemi est exacerbée une fois qu’on a commencé à ouvrir les yeux sur la matrice. Il y a tellement de magouilles, dans des sphères tellement hautes, ceux qui nous mènent cette guerre sont si puissants que tu pourrais te dire « que faire ? », toi qui n’es pas grand-chose à l’échelle du monde. C’est même à se demander si notre passage sur Terre a le moindre foutu sens, n’est-ce pas ? Pourtant, tu t’es déjà demandé combien de chances il y avait pour que tu existes ? Toi, oui, toi ? Quelle est la probabilité pour que tu aies vu le jour tel que tu es?

Figure-toi que Ali Binazir, auteur, consultant en développement personnel, conférencier et ingénieur en « bonheur », s’est penché sur la question. Diplômé d’Harvard, de l’école de Médecine de San Diego et de l’Université de Cambridge, il nous offre une réponse édifiante. Accroche-toi, ça décoiffe, ça va remettre les choses en perspective et peut-être même modifier ta manière de considérer ta propre vie. On va commencer petit en se demandant quelles sont les chances pour que ton père rencontre ta mère ? Statistiquement, la réponse, c’est 1 sur 20 000.

Pour qu’ils osent se parler, c’est 1 chance sur 10. Pour que la dragouille fonctionne et qu’ils se donnent un deuxième rendez-vous, c’est 10 % de chance. Ajoute à cela la probabilité pour qu’ils se fréquentent finalement, 1 chance sur 10 à nouveau. Une chance sur 2 pour qu’ils restent suffisamment longtemps en couple jusqu’à ce que papa claque le fessier de maman. En gros, une chance sur 2000 pour que leur rencontre initiale débouche sur une partie de jambes en l’air et la naissance d’un enfant.

Jusque-là, la probabilité pour que tu voies le jour est de 1 pour 40 000 000, environ la population de la Californie. Mais ce n’est que le début.

Parce que, pour que tu viennes au monde, il y a aussi une affaire de spermatozoïdes et d’ovules. Maman dispose d’environ 100 000 ovules dans sa vie, papa a produit 4000 milliards de petits soldats l’année de ta conception. La probabilité pour qu’un ovule matche avec le bon spermatozoïde afin de donner la combinaison unique que tu es s’évalue à 1 pour 400 quadrillions. Grosso modo, c’est le volume en mètres cubes de l’océan Atlantique. 

Mais ça ne fait que commencer, parce que ta présence sur Terre induit une autre cascade d’évènements aussi improbables qu’importants. Pour que tu sois en train de me lire dans la peau de la personne que tu es avec tes faiblesses et tes forces, il faut que tous tes ancêtres aient pu survivre jusqu’à l’âge de copuler – et qu’ils le fassent, bien entendu. Et il ne faut pas remonter le fil jusqu’au premier homo sapiens il y a environ 300 000 ans, ni à l’homo erectus, ni l’homo habilis encore plus ancien, mais bien aux premiers organismes unicellulaires et même le tout premier. En clair, tu es le bout de la chaîne, l’héritier d’une lignée de 4 milliards d’années nonstop.

Quelles sont les chances pour que ta lignée soit ininterrompue jusqu’à aujourd’hui ? Sur 150 000 générations, on a 1 chance sur 2 qu’un enfant naisse, grandisse et se reproduise… ce qui nous fait 10 puissance 45 000, soit un 10 suivi de 45 000 zéros. Ce chiffre est plus grand que toutes les particules de l’Univers.

Mais le plus dingue, c’est qu’à chaque fois le bon spermatozoïde doit trouver le bon ovule pour chacun de tes ancêtres (sinon, tu n’es plus vraiment toi, puisqu’ils ne seraient plus vraiment eux). Il faut donc 1 quadrillion multiplié par 1 quadrillion pour chaque génération, soit 150 000, ce qui nous donne le chiffre complètement fou de 1 pour 102685000.

Ali Binazir nous offre quelques comparaisons pour qu’on se rende bien compte à quel point tout ceci est vertigineux. Le nombre d’atomes dans un corps humain de sexe masculin (~ 80 kg) est de 1027, le nombre d’atomes composant la Terre est d’environ 1050, le nombre d’atomes dans l’Univers connu est estimé à 1080

Autant te dire que la probabilité pour que tu existes, toi, tel que tu es… est nulle. Autrement dit, tu es loin d’être « remplaçable ». Tu es même un putain de miracle issu d’un nombre incalculable de facteurs. C’est la toute première chose qu’on devrait apprendre aux enfants à l’école. Ta vie est donc précieuse, c’est le plus beau des trésors, et c’est parce que tu es un miracle que le monde ne serait pas le même sans ta présence et ta contribution.

Oui, tu es un miracle.

Un vrai miracle sur ma route ! Et plus je le répète, plus je réalise que j’ai de la chance de pouvoir t’admirer en train de tirer sur le fil bleu dans ton salon autour d’une tasse de thé encore fumante. Parce que tu dois également garder à l’esprit que nous sommes précisément[1] à 149 597 870 700 mètres du soleil, une distance absolument parfaite qui permet la vie ici-bas. Quelques milliers de kilomètres plus loin ou plus proches de notre astre, et aucune vie n’aurait pu s’épanouir sur Terre. Maintenant, ajoutons à tous ces facteurs, la probabilité pour que tu tiennes bon sans passer sous les aiguilles ou que tu aies pu dire « stop » après avoir cru faire le bon choix, malgré les coups de pression, le QR code à la con, la vie impossible qu’on nous a fait subir et les proches qui t’ont tourné le dos. À la lueur de tout ça, quelle est la probabilité pour qu’on puisse avoir cette rencontre toi et moi ? C’est stupéfiant… Je sais que j’ai dézoomé très fort sur le coup, mais ce n’est pas incroyable quand on y pense ?  

En tant que miracle, laisse-moi te dire que tu as largement les moyens de modifier la société dans laquelle on vit et que tu as toutes les ressources pour nous sortir, toi et moi, de cet effroyable merdier. Il n’y a qu’une seule condition pour y parvenir : avoir l’esprit suffisamment ouvert pour regarder au bon endroit. On nous a fait croire dans cette grande illusion organisée par les élites que nous n’étions rien, isolés et impuissants, mais c’est totalement faux. Enfin, disons que c’est vrai pour les purs golems matrixés qui poussent leur petit caddie le samedi après-midi en checkant le nombre de likes généré par leur photo Instagram de leur assiette prise au resto un peu plus tôt avant de se rendre à Ikea. Mais sache que là-haut, tout en haut, les mondialistes et les Young Leaders de Davos n’ont qu’une trouille, c’est celle du grand réveil des foules et d’une réaction incontrôlable : quelque chose qui ne s’anticipe pas, quelque chose qui provoquerait une erreur fatale de l’IA.

C’est justement ce qu’on prépare, toi et moi, dans ton salon, un pivot de la conscience, confortablement installés dans un canapé, un changement qui ne fait pas de bruit, mais qui vient de tous les côtés. Et pour que ce changement puisse voir le jour, il faut avoir l’intégralité de l’échiquier sous les yeux afin de contempler la situation dans sa globalité.

Tu sais, pour baliser ma réflexion et ne pas perdre le fil, j’ai pris soin lors de mon travail préparatoire de redétricoter la pelote rouge afin de revenir aux fondamentaux, de dégager des axes de réflexion et d’identifier tous les pièges dans lesquels nous sommes tombés par le passé, histoire d’en prendre le parfait contrepied et dessiner une voie de sortie.

On démarre léger… Le temps que je souffle sur la tasse de thé…

Comme dans la pelote rouge, je commence par enfoncer une petite porte ouverte avec ce premier état de fait : BlackRock et Vanguard dominent tous les aspects de notre vie, gavés à coup de milliers de milliards de dollars. Voilà deux monstres si puissants qu’ils corrompent tout le système, depuis les banques centrales jusqu’aux gouvernements. C’est tellement vrai que 19 procureurs américains exhortent BlackRock d’arrêter d’imposer un programme politique. Ça commence à se voir comme le nez au milieu de la figure.

Lorsque tu comprends que le responsable de la coordination de l’embargo contre la Russie est membre de l’équipe d’investissements de la Albright Capital, tu réalises que ce sont des « diplomates commerciaux » qui tirent les ficelles des sanctions russes et se contrefichent de la paix ou de la liberté. La preuve, selon la « Australian national review », les États-Unis possèderaient désormais 17 millions des 62 millions d’hectares de terres cultivables en Ukraine. Ces terres sont à présent détenues par Cargill, Dupont puis Monsanto, dont les actionnaires sont BlackRock, Blackstone et Vanguard, je ne te parle même pas des 6 milliards de marchandises russes importés par les USA depuis l’invasion en Ukraine. C’est dire si derrière les images des JT et les principes « démocratiques » agités par la bienpensance, ces sociétés se foutent éperdument de notre sort.

Très basiquement, cesser de nourrir ces fonds d’investissement qui tiennent le monde « moderne » dans leurs mains paraît être une bonne idée. Aussi, je me permets d’emprunter les mots de José Mujica, le Président de l’Uruguay de 2010 à 2015, car son point de vue apporte un joli relief sur notre relation à l’argent.

«Nous avons inventé une montagne de besoins superficiels; nous vivons en achetant et en jetant. Mais ce que l’on dépense vraiment, c’est notre temps de vie. Parce que lorsque j’achète quelque chose ou que toi tu achètes quelque chose, tu ne l’achètes pas avec de l’argent, tu l’achètes avec le temps de vie que tu as dépensé pour gagner cet argent. À cette différence que la seule chose qui ne peut pas être achetée, c’est la vie. La vie ne fait que s’écouler et quel malheur de l’employer à perdre notre liberté.

Car quand est-ce que je suis libre? Je suis libre quand j’ai du temps pour faire ce qui me plaît et je ne suis pas libre quand je dois dépenser de mon temps pour acquérir des choses matérielles censées me permettre de vivre. De fait, lutter pour la liberté c’est lutter pour disposer de temps libre.» – Extrait choisi du film Human.

Peut-être que tu as déjà amorcé des changements importants dans ta manière de « dépenser ton temps de vie », si ce n’est pas le cas, voici très rapidement quelques pistes en vrac. Ce ne sont que des conseils ou suggestions en guise d’amuse-bouche, si tu commences à sentir que je deviens chiant, n’hésite pas à sauter quelques lignes.

Vouloir lever le pied, arrêter de donner ton argent (ton temps) à ces deux géants qui murmurent à l’oreille des gouvernements et se gavent avec des vaccins qui n’en sont pas, nécessite quelques petits ajustements. Des modifications à ta hauteur, sans pression et dans la mesure du possible. L’idée n’est pas de revenir 50 ans en arrière, juste de te libérer un maximum de ta banque dans une première étape, de retirer le plus de liquide possible et de faire tes courses autrement.

Même si utiliser du cash en Israël devient criminel et que des millions de Britanniques risquent d’être coupés du système alors que l’argent en espèces sera « éliminé progressivement d’ici cinq ans », les pièces et les billets, c’est bien, c’est concret, au moins on voit clairement où passe le blé. On ne trace plus tes achats, on ne prend plus de frais sur chacune de tes transactions et tu retrouves un peu de liberté tout en faisant vivre la famille de l’épicier du coin plutôt que des actionnaires sans foi ni loi qui se remplissent le nez de poudre à Dubaï pour les vacances. Et puis avec la petite monnaie et les biftons, on est moins tenté de remplir son panier sur Amazon, société dont les actionnaires sont les deux grands méchants loups, juste pour rappel.

Plus facile à écrire qu’à faire, je sais…

Tu l’auras deviné, petits marchés et commerçants de quartier vont de pair avec l’arrêt de la TV. Cesser d’écouter les journalistes de la propagande et de te farcir les publicités qui engraissent les médias mainstream est déjà une étape importante pour se désintoxiquer. Hélas, s’il est facile de ne plus écouter les « mierdas » de propagande, se passer de Netflix n’est pas si évident, je le reconnais. On a tous nos habitudes, je crois que ma femme n’est pas tout à fait prête à entamer le deuil des séries qu’elle affectionne[2].

C’est aussi difficile que de dire adieu à Facebook et compagnie pour voguer vers des réseaux alternatifs qui n’alimentent pas les deux fonds d’investissement nous tenant en laisse. Pour ma part, j’ai trouvé mes marques sur Telegram, tu peux me suivre sur mon compte officiel.

Je ne fais que suggérer, chacun est libre de faire ce qu’il lui plaît, mais en tant que miracle, maintenant que tu as pleinement conscience de la valeur de ta présence ici, tu pourrais aussi caresser un rêve d’indépendance et mettre à profit ton temps de vie disponible afin d’ajouter une belle valeur ajoutée dans le quotidien des gens. Commencer à travailler pour toi, pour ce joyau qu’est ta vie et ne plus être à la merci d’un patron est aussi une magnifique pierre que tu peux apporter à l’édifice de la Résistance. Après tout, ne dit-on pas que le secret du bonheur est de faire ce que tu aimes et le que le secret de la réussite et d’aimer ce que tu fais ? Cette crise est peut-être le tremplin qui te poussera hors de l’esclavage que représente le salariat, et si tu as un bout de jardin sur lequel tu peux faire pousser les légumes qui te nourriront, c’est encore mieux pour mettre un pied hors de la matrice.

En tout cas, que ce soit radical ou en douceur, chaque petit changement quotidien va faire la différence, mais tout en sirotant mon thé, je dois avouer que tout ceci ressemble à du vulgaire bon sens et de simples banalités. Je te rassure, je n’ai pas posé mes fesses dans ton salon pour me contenter d’enfoncer des portes ouvertes. En tant que miracle, tu vaux mieux que quelques conseils cousus de fil blanc et on ne va pas changer le monde avec des évidences, pas vrai ?

Du coup, en contemplant ma pelote rouge détricotée afin de mieux démêler la boule bleue que je viens de te présenter, j’ai constaté qu’un point bien plus important tardait à me sauter aux yeux, alors que c’est une véritable clé qui peut peser dans le game.

C’est quoi cette clé?

Il est crucial pour toi et moi de reprendre au plus vite le pouvoir sur l’information, c’est capital et ce n’est pas si compliqué. C’est là que je te pique le fil bleu afin de le dérouler lentement, le temps de te rappeler le contexte qui nécessite un besoin urgent de se réinformer.

On a vu dans la première pelote que tous les médias classiques étaient à la solde de la propagande, tous financés par les banques, l’État ou des milliardaires aux idées sombres (la fondation Bill & Melinda Gates par exemple). Je t’ai expliqué comment la censure durant le Covid-19 s’est organisée en février 2020 lors d’une réunion à Menlo Park avec l’OMS et tous les GAFAM. On sait qu’aux USA les CDC étaient de connivence avec Facebook pour censurer les informations Covid, des e-mails le prouvent. Ce qui signifie que (pour l’instant) parler ouvertement des sujets qui fâchent sur les réseaux grand public revient à prendre le risque de te faire sanctionner ou bannir.

Sur Google, les filtres de l’algorithme modifient l’affichage des résultats concernant les sujets qui fâchent et te privent de toute une partie de l’actualité. YouTube supprime les vidéos qui heurtent la propagande, et je ne te parle même pas du fact-checking corrompu qui nuit clairement à l’émergence des vérités. Dans cette guerre de l’information, il est vraiment difficile de s’y retrouver et je te propose les bonnes armes pour réfléchir par toi-même et te faire ta propre idée.

Personnellement, je puise mes sources de réinformation sur l’application Telegram (Unigram sur PC). Entièrement gratuite, sans publicité ni sanction stupide lorsque tu parles d’effets secondaires, de Covid ou encore de pénuries, cette plateforme est devenue le refuge des résistants. Le seul problème avec cet outil, c’est qu’il s’avère délicat d’aller à la pêche aux infos lorsqu’on débute. On ne sait pas quel canal rejoindre ni où chercher, alors que l’application regorge de lanceurs d’alertes, de blogueurs ou de comptes traitant de l’actualité.

Aussi, il m’a fallu interrompre l’écriture de cette pelote bleue pour mettre les mains dans le cambouis afin de concevoir avec amour un annuaire ainsi qu’un moteur de recherche dédié à la Résistance. Une plateforme gratuite permettant de regrouper à la fois les actualités et les meilleurs comptes Telegram. Puisqu’aucun outil n’existait, je te propose à présent sur le site lapelotedelaine.com une liste complète des canaux pertinents à travers un annuaire de la Résistance que tu es libre d’alimenter à ta guise.

Tu y trouveras le canal Telegram de Silvano Trotta et celui de Momotchi pour ne citer que ces deux-là, mais également toutes les chaînes vidéos Odysee, Crowdbunker et Rumble, histoire ne plus subir la censure imposée par YouTube et découvrir des centaines de contenus qui vont maintenir tes paupières grandes ouvertes.

Lapelotedelaine.com se positionne comme un agrégateur, une plateforme qui cherche à recenser toutes les informations et documents utiles pour les Résistants. Ce site, encore en phase bêta, est alimenté par mes petites mains et à l’aide de quelques proches, mais il peut être enrichi par mes lecteurs et la communauté afin que des centaines de miracles soient à l’œuvre…

En cliquant sur « Ajouter une annonce », muni d’un compte sécurisé et gratuit, tu peux participer à l’aventure dès maintenant. Il se peut qu’avec le temps tu connaisses une chaîne vidéo qui aidera la communauté, un canal Telegram qui mérite d’être partagé ou tout autre élément qui viendra consolider cet outil. La qualité de son contenu dépendra essentiellement de ton engagement à diffuser les vérités, mais je suis certain qu’en tant que miracle, tu apporteras tôt ou tard ta contribution ainsi qu’une belle valeur ajoutée, ne serait-ce qu’en le partageant autour de toi ou en postant une annonce dans la rubrique qui te conviendra. J’ai également ouvert une section « Livres » composée de lectures éclairantes et inspirantes qui viennent compléter les autres médias alternatifs recensés. Un bouquin et une bougie, c’est idéal en cas de coupure électrique, car tu peux me croire, cet hiver, il y aura très certainement du temps pour lire.

Résultats de recherche de la rubrique actualités sur « Lapelotedelaine.com »

Résultats de recherche de la rubrique actualités sur « Lapelotedelaine.com »

Lapelotedelaine.com regroupe aussi les évènements qu’ils soient en ligne (webTV, live, etc.) ou dans la vie réelle (manifestations, regroupements, ateliers, repas, actions…), il est doté d’une rubrique Entraide, afin de proposer ou rechercher un service autour de soi, entre personnes du même côté de la barrière. D’ores et déjà, tu as des compétences qui peuvent être utiles et que tu peux mettre au service de la Résistance, n’hésite pas à nous en faire part.

Derrière un pseudo ou sous ta véritable identité, je t’invite à t’inscrire sur le mur des résistants en postant l’annonce de ton profil afin que les utilisateurs de ton secteur puissent te contacter via une messagerie instantanée. En gros, je voulais que ce site tisse du lien avec des personnes qui partagent les mêmes valeurs que toi et moi, dans un monde taillé pour nous diviser, j’ai pensé qu’il serait important de pouvoir enfin s’unir, qu’est-ce que tu en dis ?

Messagerie instantanée depuis le mur de la Résistance

Messagerie instantanée depuis le mur de la Résistance

La rubrique associations liste les structures capables de t’aider en fonction de différentes thématiques, que ce soit la défense de tes droits ou l’accompagnement des victimes d’effets secondaires liés aux « vaccins ». Dans la section Initiatives, les résultats de recherches sont des sites, des collectifs, des plateformes qui œuvrent déjà pour que les choses changent. Autant de jolis projets que tu peux rejoindre en fonction de tes affinités et que j’aimerais tant fédérer, même en laissant mon égo de côté.

Toujours dans le but d’unir, de mutualiser et de regrouper, j’ai paramétré une section « Forum » qui permet de créer des groupes de conversations ou par centres d’intérêt afin d’échanger sur tous les sujets qu’implique la Résistance.

Enfin, je souhaitais que les entreprises puissent s’inscrire, j’avais dans la tête et dans le cœur l’idée que chaque utilisateur du site puisse décider de n’acheter qu’auprès des commerçants Résistants, de ne manger que dans des restaurants qui ont tenu bon, de ne consulter que des soignants qui n’ont pas renié le serment d’Hippocrate[3]… Bref, il m’est apparu nécessaire de créer un réseau qui rassemble toutes les facettes composant la Résistance sur un seul outil de référence. Il est possible que de nouvelles fonctionnalités voient le jour et que d’autres soient écartées en fonction de l’usage que tu en feras, je reste à l’écoute de chaque miracle.

Mais lapelotedelaine.com ne suffit pas dans cette bataille, il nous faut impérativement coupler à cet outil le développement d’un journalisme indépendant qui respecte la charte de Munich. Au moment où je te parle, une équipe de journalistes s’articule autour de Pierre Barnérias – ancien grand reporter et réalisateur des documentaires Hold Up, Hold On et Hold Out – afin de monter le projet Citizen Light : une sorte d’AFP (Agence France-Presse) indépendante pour que nous reprenions tous ensemble le fil de l’information.

Il nous faut aller plus loin entre miracles et monter avec de véritables moyens une revue, une webTV, une radio ainsi que tout ce dont le système nous a privés en termes d’information. Je serais même d’avis que nous montions un collectif capable de faire pression pour que cette fameuse charte du journalisme obtienne une valeur légale, un poids juridique. Pourquoi pas en saisissant naïvement l’Arcom (ex-CSA et Hadopi) pour chaque mensonge prononcé lors des JT et en leur intimant de prendre position afin de faire pression sur les chaînes TV ? Pas sûr que cette démarche aboutisse à quoi que ce soit tant nous avons affaire à un panier de crabes, mais il doit bien y avoir un moyen pour que cette charte du journalisme passe un jour dans une loi, peut-être en sensibilisant les parlementaires de la commission des affaires culturelles, qui sait ? Ainsi, il serait beaucoup plus difficile pour les médias à la solde des milliardaires d’entretenir la propagande sans se faire taper sur les doigts. Je peux toujours rêver, après tout c’est mon bouquin… mais si tu connais un juriste inspiré, ou un élu motivé, je suis preneur.

Je suis en effet preneur et je poursuis sur ma lancée, car en déroulant la pelote rouge et en la scrutant à la loupe, il est clairement ressorti de cela que les choses ont pu bouger du côté des USA grâce à la loi pour la liberté d’information « FOIA » (Freedom Of Information Act). C’est grâce à cette législation que les Américains ont pu obtenir sur ordres des juges des documents précieux dévoilant les manipulations de Pfizer, les mensonges des CDC, et tant d’autres. Comment pourrions-nous, en France, obtenir toute la transparence sur les Conseils de défense et sur la gestion opaque de la crise ? Si un député ou un magistrat pose ses yeux sur ce texte, sait-on jamais…

Si je dézoome encore la question de l’information (et Dieu sait que j’aime dézoomer), au-delà de se réinformer, plus important encore, il est capital de cesser d’informer notre ennemi. Je veux dire par là qu’on passe notre temps à nourrir les algorithmes ainsi que les bases de données des géants du net avec de véritables informations, sur nos coups de gueule, nos états d’âme, etc.

Sans penser une seule seconde aux Renseignements Généraux qui nous épient, on communique sans tricher sur ce qu’on pense réellement, sur nos émotions, sur ce qu’on compte mener comme action, alors qu’on pourrait tout à fait utiliser un nouveau lexique. Je te parle d’un langage codé visant à duper les logiciels et contourner la censure. Le peuple chinois utilise des abréviations et un langage particulier afin d’évoquer le Covid-19 et la gestion de la crise sanitaire sans être inquiété par le parti communiste. Vu le totalitarisme dans lequel on glisse, pourquoi pas nous ?

Encore une fois, j’ai fait une pause dans mon écriture pour mettre sur pied un petit glossaire disponible sur lacensure.com. Quel est le principe de ce langage anti-censure ? Remplacer les mots qui fâchent par d’autres, histoire de se jouer des filtres de la propagande, perturber les algorithmes et communiquer en passant entre les mailles du filet. À titre d’exemple, les vaccins deviennent « la soupe », les vaccinés des « gourmands » et les effets indésirables, une « indigestion ». Elisabeth Borne devient « la bornée », Macron devient « le poudré ». Avec les membres de mon canal Telegram, nous avons essayé de couvrir l’ensemble des termes de base pour fournir le socle de ce petit kit de survie anti-censure.

https://lacensure.com/

Je t’invite d’ailleurs à faire un essai amusant en piochant dans ce fameux glossaire pour tenter de poster sur Facebook un statut du genre :

«Pas mécontent de ne pas avoir pris la soupe, ni de cure pif. N’en déplaise au poudré, face au coco, je suis et je resterai à jeun.»

Ce qui signifie en substance que je ne suis pas mécontent de ne pas avoir accepté le vaccin ni de test PCR. N’en déplaise à E. Macron, face au Covid-19, je suis et je resterai un Résistant.

C’est assez drôle de voir que sitôt qu’on sort du moule, les « logiciels » des GAFAM restent au bout du compte de vulgaires lignes de code et qu’aucune sanction n’est déclenchée, pas même le petit bandeau d’information à la con sur le Covid-19. Ce sont les limites de l’Intelligence Artificielle…

Sur les sujets d’actualité et ceux qui fâchent, je te propose donc une base commune, un référentiel que tu es libre d’utiliser (ou pas). Et si un terme venait à manquer, si tu as une suggestion ou remarque, j’ai ouvert un module de discussions de type question-réponse qui te permet de me suggérer de nouveaux termes (ou de remplacer un mot par un « code » plus approprié) afin d’enrichir notre vocabulaire anti-censure. J’ignore si ça sera utile au plus grand nombre, j’espère sincèrement que non, mais puisque le World Economic Forum de Klaus Schwab propose une IA pour automatiser la censure de la désinformation et que les services secrets ont traqués les résistants sur internet… je me dis qu’il vaut mieux prévenir que guérir.

En tout état de cause, ce petit lexique peut aussi être utilisé sur les réseaux sociaux « classiques » afin de reprendre l’occupation de l’espace médiatique. Il est même possible que ce dialecte étrange suscite la curiosité des plus endoctrinés et que de fil en aiguille cette curiosité les guide vers l’ouverture des paupières, on peut toujours rêver.

Toujours dans l’idée de cesser d’informer nos adversaires, en ce qui concerne l’organisation des manifestations, des mouvements sociaux ou encore des blocages, on peut décider dès maintenant d’arrêter de fournir publiquement les véritables dates, horaires et lieux des actions.

Qu’est-ce qui nous empêche d’établir de nouvelles règles ? Par exemple celle que j’appelle « la règle du -1», à savoir que lorsqu’on fait figurer « -1 » sur l’affiche, la date réelle de l’évènement est moins 1 jour avant la date affichée, l’heure réelle est une heure avant, et la ville est un code inspiré du langage anti-censure. C’est enfantin et ça permettrait de prendre de cours les empêcheurs de tourner en rond, puisque nous nous regrouperions systématiquement avec « un jour d’avance[4] ».

Ce qui nous donnerait très basiquement, par exemple :

«Savon : grande manif le 16 décembre à 15 h, tous devant la mairie.» 

https://lacensure.com/regle-moins-1/

Avec cette petite astuce, pour un évènement qui se déroulerait à Marseille (= « Savon », je sais, ce n’est pas très heureux), les manifestants se retrouvent en réalité le 15 (= le 16-1) décembre à 14 h (= 15-1). Là encore, j’espère que personne n’aura à utiliser ce subterfuge, d’autant qu’organiser une manifestation non déclarée est interdit (mais y participer est légal). Cela dit, si les choses deviennent trop compliquées, si la répression venait à trop museler la grogne du peuple, voilà un petit outil qui peut faire la différence et en surprendre plus d’un.

Même si ces quelques pistes contribuent déjà à changer le monde en 5 minutes depuis ton canapé et que tu brûles peut-être d’impatience de consulter toutes les informations disponibles sur lapelotedelaine.com, je te concède que ce n’est pas suffisant. En effet, c’est loin de l’être… D’ailleurs, il se peut que tu te contrefiches des deux chapitres que tu viens de lire, mais je te rassure : je n’ai pas pondu ce livre pour te parler d’un vulgaire annuaire, d’un petit langage codé et d’une règle un peu espiègle digne d’une cour de récréation. Dans le prochain chapitre, on va commencer à élever le niveau, avant de réfléchir comme des miracles. Installe-toi confortablement, ça va devenir intéressant…


[1] Si toutefois les données scientifiques sont exactes à ce sujet, ce dont je suis de moins en moins sûr…

[2] Pour ma part, je sature du wokisme qui transpire dans la plupart des productions Netflix, donc je n’ai aucun mal à couper le cordon pour préférer lire, apprendre, me former ou tenter de méditer le soir.

[3] Hélas! les médecins n’ont pas le droit de faire la moindre promotion.

[4] Clin d’œil pour mes premiers lecteurs 🙂

Ravi que tu poses encore tes yeux sur mes lignes. Si le cœur t’en dit, tu peux m’aider en partageant La Pelote de Laine autour de toi et sur les réseaux sociaux. Plus il y a de monde à tirer sur le fil rouge, plus nous aurons de chances de notre côté.👌💪

Prochain chapitre dans

A propos de l'auteur

Matthieu Biasotto

Auteur indépendant toulousain, rêveur compulsif et accro au café. J'écris du thriller, du suspense avec une touche existentielle.

Commenter

5 + dix =

Découvre mes 13 livres dans mon pack "L'intégrale numérique" à télécharger
par Matthieu Biasotto

Panier

Articles récents

Commentaires récents

Toggle Dark Mode
Toggle Font Size
0
    0
    Ton Panier
    Ton panier est videRetour boutique