La Pelote Bleue – Chapitre 2

L

La nature humaine cherche souvent sa propre zone de confort égoïste alors qu’il est urgent de penser le monde autrement. 

Sophia Sherine Hutt

Toujours avec moi ? Ravi de savoir que tu ne m’expulses pas encore hors de ton salon avec mes idées farfelues, mon annuaire et ma sale manie de vouloir toujours dézoomer. Je te l’accorde, la frontière entre créativité et folie est parfois très mince… tu serais en droit de m’envoyer promener, surtout que je ne fais que commencer et que j’ai bien l’intention de te surprendre – quitte à écrire un livre qui ne ressemble pas à grand-chose. Alors que je te remets notre fil bleu afin de dénouer petit à petit notre boule de laine sur ta table basse, je vais encore une fois dézoomer la situation (désolé) pendant que tu tires doucement sur la pelote.

Avec cette prise de recul, je te propose de revenir à l’Antiquité où Aristote (384-382 av. J.-C.) part du postulat que la société humaine est aussi naturelle que les diverses sociétés animales. Pour ce cher Aristote, l’homme est un « animal politique », à interpréter dans le sens premier de « polis », c’est-à-dire « cité ».

Pourquoi tu me parles de ça?

Tu vois, selon lui, l’homme doit nécessairement vivre en communauté, car sa sociabilité est liée au langage. C’est marrant parce que lorsqu’on regarde la pelote rouge détricotée et qu’on réalise les dégâts causés par l’ingénierie sociale moderne, on se rend compte que les élites ont tout fait pour nous diviser et nous isoler. À tel point que nous arrivons à un stade où nous ne pouvons plus nous parler, il n’y a plus de débat, juste des complotistes affrontant le « camp du bien » : la team « raisonnable », les cartésiens qui réclament la source de ce que tu avances dès que tu ouvres la bouche. Je pense que le gouffre entre les plus endoctrinés par la matrice et les Résistants est si vaste qu’aucune communication saine ne sera possible avant un petit moment. Les blessures sont trop profondes et nous ne vivons plus dans la même réalité.

Renforcée par le culte de l’individualisme qui flirte avec l’égoïsme, l’ère de la consommation a poussé les plus aveuglés vers un nombrilisme effarant qui nous éloigne de ce que nous sommes au fond – toujours selon Aristote – c’est-à-dire, un animal grégaire. Tu comprends alors que les manœuvres de nos dirigeants pour qu’on s’entredéchire, même au sein des familles, infligent des plaies durables dans notre part d’humanité. Le contrat social décrit bien plus tard par Thomas Hobbes (1588-1679) est rompu, on comprend alors pleinement ce qu’il voulait dire en écrivant «l’homme est un loup pour l’homme»…

Le truc, tu vois, c’est qu’il se produit à l’heure où je t’écris, exactement ce dont ont besoin les mondialistes aux manettes. Il faut qu’on se déteste, qu’on se sente seul et misérable, mais surtout aussi impuissant que démuni. Pour les 1 % des 1 %, tu n’es utile que si tu es réduit à l’état de consommateur, coupé socialement, dépendant de tout, bercé par l’illusion que l’individu occupe une place centrale sans être capable de modifier le système. Et à leurs yeux de psychopathes, si tu ne peux plus faire confiance à tes amis, si tu ne partages plus les mêmes valeurs que tes proches, c’est du pain béni, puisque tu deviens « une île », parfaitement vulnérable et dépendante de l’utérus artificiel que constitue la société.

Le parfait contrepied, là, tout de suite, est donc de faire tout le contraire, c’est-à-dire de s’unir. Je sais, c’est basique, mais il faut bien commencer par le début. J’ignore comment tu as vécu ces dernières années, mais personnellement, j’ai beaucoup souffert d’avoir dû fermer ma gueule face à un mur d’incompréhension, d’entendre certains de mes proches devenir des perroquets de la propagande, de me rendre compte qu’ils avaient perdu la raison devant BFM et leur cœur dès la première injection. J’ai ressenti, dès mes premières recherches pour ce livre, un besoin urgent d’identifier les personnes plus ouvertes autour de moi, et c’est dans cette direction que je souhaite t’emmener en tirant sur le fil bleu : vers un signe de reconnaissance, un lien visuel, quelque chose qui nous rassemble.

Ça m’est venu d’un coup, en prenant modestement de la hauteur sur la situation et en essayant de trouver une porte de sortie. S’est alors imposée l’idée d’arborer un sigle distinctif, de porter un symbole indiquant aux autres Résistants que je partage les mêmes valeurs. Des valeurs de liberté, de défense de nos enfants, de recherche de vérité, d’un monde moins corrompu par l’argent, des valeurs d’entraide. Une sorte d’insigne fraternel pour les détricoteurs qui revendiquent une certaine mentalité, un certain art de vivre. Quelque chose qui annonce la couleur, du genre «bienvenue dans la famille, je suis de ton côté, je pense comme toi et je ne te baiserai jamais la gueule».

J’ai d’abord songé à mon porte-clé rouge[1], puis le même de couleur bleue en forme de pelote, c’est à ce moment-là que ma femme m’a soufflé l’idée merveilleuse d’un bracelet rouge qui voudrait dire «Je sais», et d’un bracelet bleu indiquant que «j’agis». Deux fils tressés qu’on porterait discrètement au poignet pour indiquer de quel côté de la barrière on se situe.

Je te propose de confectionner ces petits bracelets qui témoignent d’une désobéissance civile sans faille à l’aide du tutoriel que je t’ai préparé. Dans la foulée, j’ai également mis à ta disposition un autre tuto pour réaliser les porte-clés de la pelote à partir du nœud marin appelé « la pomme de Touline ». Et si tu n’as pas la fibre créative, si tu ne te sens pas capable de concevoir tout ça de tes mains, tu peux directement en trouver des tout prêts sur la boutique.

Une idée en entraînant une autre, de fil en aiguille, l’inspiration est venue me fouetter en pleine nuit avec un concept de logo, parce qu’un bracelet c’est bien, mais j’avais le sentiment qu’une identité visuelle spécifique et unique serait plus impactant. Sans doute parce que je suis un ancien graphiste, cette idée m’a immédiatement réchauffé le cœur… Quoi qu’il en soit, j’ai tout de suite visualisé un truc simple, discret, insondable pour la masse endoctrinée, mais révélateur pour les plus lucides. Je te brosse le tableau en mettant soigneusement au placard mon égo :

Tu ne penses pas qu’il serait génial de se croiser dans la rue et de se rendre compte grâce à un signe de reconnaissance que nous sommes bien plus nombreux que ce que tu peux imaginer ? Au volant, je trouverais fabuleux de céder le passage à une bagnole qui porterait fièrement l’autocollant de notre emblème. J’aurais un doux sourire aux lèvres en voyant un monospace sur le parking de l’école afficher notre sigle, la marque qui dirait «je résiste quoi qu’il arrive». Je crois même que je braverais ma timidité pour aller parler à cette famille de Résistants et tisser un nouveau lien. En un coup d’œil, on pourrait se reconnaître entre miracles aux quatre coins du pays pendant que ceux que j’appelle affectueusement les « golems lobotomisés » continueraient de marcher comme des zombies, les yeux rivés sur leur iPhone. Pour être sincère, je dois t’avouer que sur le moment, j’en ai eu un doux frisson…

Jamais deux sans trois, j’ai encore une fois mis les mains dans le cambouis afin de dessiner le logo de la pelote de laine. Non pas en cédant à un caprice de mon égo (Coucou, c’est moi capitaine «je peux sauver le monde»!), mais simplement parce qu’à ma connaissance, aucun logo de la Résistance digne de ce nom n’existait. J’ai donc imaginé une belle pelote, dont le premier fil sert à composer la première lettre « P », écrasant une pyramide renversée. Un peu à l’image de l’élite que nous allons finir par placer tout en bas de l’échelle, le peuple éveillé reprend donc le Pouvoir en ayant tiré sur le fil de la vérité.

Signe de reconnaissance – pelote de laine

Tu vois, je rêve qu’un jour, ce logo soit affiché dans le cabinet de mon médecin, car j’aurais la certitude d’être traité comme un véritable patient et non comme une simple carte vitale chez un marchand d’injections géniques. Je rêve qu’un jour, la maitresse d’école porte ce symbole, je saurais alors qu’elle cherche à transmettre le savoir, à révéler le potentiel des élèves et non à les formater dans un moule qui transpire à présent le wokisme et la médiocrité volontaire. Je rêve qu’un jour, mon petit commerçant, ma mairie et mon voisin affichent ce sigle, j’aurais l’intime conviction de pouvoir compter sur eux et vice-versa.  

Aujourd’hui, j’ai un rêve, et c’est mon humble espoir, j’ai l’espoir qu’en quelques minutes, psychologiquement, nous reprenions le dessus. J’ai l’espoir que ce livre et ce chapitre résonnent dans ton cœur. J’ai l’espoir de renverser la vapeur en réalisant que nous sommes légion et que nous pouvons changer les choses. J’ai l’espoir de voir ce symbole collé sauvagement sur des vitrines du centre-ville, sur la coque d’un téléphone et sur des portes d’entrée ou des boîtes aux lettres. J’ai l’espoir qu’on inonde les réseaux sociaux avec cette même image et que nous formions une grande famille soudée pendant que le reste des « matrixés » errent comme des âmes en peine entre deux doses, deux mauvaises nouvelles, deux discours des quiches qui nous gouvernent. Quant à nous, on ne ferait qu’un, dans un élan positif et à l’unisson tandis que les autres seraient encore et toujours des millions d’êtres isolés, livrés à eux-mêmes, en attendant de se réveiller par la force des choses. J’y crois tellement que je compte bien me le faire tatouer dans le cou, c’est dire à quel point je visualise le truc…

Pourtant, il ne faut pas te fier à mes tatouages ni à ma coupe de viking, je n’ai pas l’âme d’un guerrier – même s’il vaut mieux éviter de me chercher des noises – je ne suis sans doute pas un meneur, mais pour que tu puisses t’approprier ce symbole de la Résistance, je te propose gratuitement sur le site lapelotedelaine.com de télécharger des fonds d’écran pour ordinateurs et smartphones à l’effigie de notre cause. J’y ai passé des dizaines d’heures afin que tu aies un peu de choix, n’hésite pas à aller jeter un œil et faire ton marché, j’en rajouterai régulièrement. Si tu veux participer au mouvement et déclencher une vague qui peut déferler sur internet, tu trouveras donc ce logo avec différentes textures et couleurs, que ce soit pour tes photos de profil ou tes bannières de réseaux sociaux.

Tu pourras également trouver sur ce site les fichiers sources de ce logo, au format vectoriel (Illustrator et PDF), destinés à l’impression afin que tu puisses te sortir des badges, des stickers pour ta voiture ou encore des autocollants pour la vie de tous les jours. Pour te faciliter la vie, j’ai regroupé tous ces éléments prêts à l’emploi dans une sorte de « pack résistant » afin de te faire gagner du temps. Mais encore une fois, tu es libre de te l’imprimer ou même de reproduire notre symbole à la main si tu n’as pas les moyens, je ne passe pas mon temps à dénoncer BlackRock et Vanguard pour m’en mettre plein les fouilles à base d’autopromotion puérile.

Toutefois, histoire de pousser le bouchon un peu plus loin, je défie mon aversion pour les choses bassement marketing afin d’aller au bout de la démarche : j’ai également pris soin de mettre à disposition des vêtements « marqués » avec ce même logo. Oh, pas pour faire du fric, non… j’ai même essayé de trouver la solution me permettant d’appliquer la marge la plus basse possible. D’ailleurs, dans un premier temps et très égoïstement, j’ai personnalisé ces fringues juste pour mon propre plaisir et celui de ma famille, pour mon « clan » de Résistants.

Par chez moi, on a trouvé l’idée sympa, je t’assure qu’on se sent vraiment bien quand on se retrouve tous ensemble avec le même sigle au milieu de passants ignorants, alors je me suis dit que ça pourrait aussi t’intéresser et servir notre cause. J’ai donc modestement tenté de te faciliter la vie, tu peux faire un tour sur la boutique réservée aux vêtements et jeter un œil sur les fringues proposées avec ce fameux logo. Si le cœur t’en dit, tu peux te procurer un teeshirt, un sweat à capuche, une casquette ou que sais-je, le site dispose même de produits ado et enfants afin qu’ils prennent part au combat et puissent défendre nos couleurs à l’école. Car qu’on le veuille ou non, cette bataille s’amorce dans toutes les strates de la société, y compris dans la cour de récré.

Encore une fois, rien ne t’empêche d’utiliser ce signe de reconnaissance à télécharger gratuitement sur mon site pour l’imprimer sur du papier transfert et utiliser la bonne vieille méthode du fer à repasser. Bien au contraire, la Résistance c’est aussi et surtout l’avènement du système D.

Enfin, puisque ma passion première c’est d’écrire et non de pondre des sites internet à la chaîne, j’ai volontairement laissé quelques projets en pause pour avancer sur cette pelote bleue, ce qui ne m’empêche pas de t’en toucher deux mots. Des fois que tu souhaiterais m’épauler et me filer un coup de main technique, sait-on jamais[2]… Voici ce que j’ai dans les tuyaux :

J’ai l’intention d’ouvrir prochainement une section sur le site de la pelote dédiée à l’affichage dans la rue. Quésaco ? Imagine des stickers à coller dans des endroits stratégiques (respectant la loi en vigueur) et imprimés avec des punchlines qui ouvrent un petit peu l’esprit. Je n’ai rien inventé, et tu peux déjà rejoindre le collectif La rose blanche sur Telegram, ils sont très actifs sur le terrain et j’espère que nous pourrons collaborer étroitement avec ce groupe.

Je sais qu’il est impossible de convertir un macroniste bien heureux et triplement dosé se ruant sur la quatrième piquouse, mais je reste convaincu que la « zone grise » composée de personnes commençant à se poser des questions peut se rallier à notre cause. Et si j’en suis persuadé, c’est que la vérité finit toujours par se savoir et entrer dans les consciences, il n’y a qu’à lui donner un petit coup de pouce. Par exemple, en collant des chiffres clés édifiants et sourcés, des questions titillant l’esprit, des messages inspirants ou drôles pour que la graine soit plantée dans les esprits prompts à devenir lucides. J’ose espérer que d’ici là, nous serons une armée à pouvoir disséminer des autocollants touchant les âmes et les cœurs un peu partout dans nos quartiers.

Exemple d’affichage La Rose Blanche
Exemple d’affichage La Rose Blanche

Au-delà de vouloir coller des petits bouts de vérités dans nos villes et nos campagnes, j’ai en préparation un site d’achat groupé réservé aux Résistants et auprès d’entreprises qui œuvrent de notre côté. De manière à devenir non plus des dommages collatéraux économiques, mais enfin des privilégiés au sein d’un réseau qui avance dans la même direction. On aurait, pour une fois, l’avantage économique d’être des détricoteurs, la chance d’être une personne lucide et le bonheur d’être éveillé après avoir souffert socialement. Qu’est-ce que tu en dis ? Imagine un site qui fonctionne comme le célèbre Groupon, de manière à fournir des produits et des services au meilleur prix, réservés aux Résistants, avec l’aide d’acteurs jouant le jeu et étant dans le même camp que nous.

Tu l’auras compris, dans cette guerre asymétrique menée par les élites contre les peuples, chaque geste compte et chaque initiative est importante, il n’y a pas d’idée farfelue ou stupide, il est capital de réfléchir sur ces sujets en permanence et d’utiliser les outils à notre disposition dès maintenant pour les convertir en atouts. Comment contourner la censure, la propagande et les sanctions tout en continuant à éroder « la zone grise » ? Comment planter efficacement la petite graine dans l’esprit de ceux qui commencent à douter ? Il faut observer attentivement ce qui nous entoure pour tenter de trouver des solutions créatives, quelque chose qu’un polytechnicien bien né n’aurait jamais imaginé.

Prenons l’exemple des boîtes aux lettres, cet objet du quotidien anodin peut devenir un allié de premier choix si nous nous mettons à imprimer des questions pertinentes ou griffonner des Post-It à destination de nos voisins endoctrinés ou dans le doute. On pourrait anonymement suggérer aux personnes de notre quartier de tester leur D-Dimères lors d’une prise de sang. On pourrait rappeler les chiffres des déclarations d’effets secondaires graves en citant la source afin que le destinataire puisse vérifier. On pourrait tout simplement poster l’actualité non censurée, les effets positifs du Glutathion ou encore les témoignages des victimes des injections géniques dans un geste totalement bienveillant. Pas d’algorithme, pas de bannissement, juste une bonne intention et quelqu’un prêt à reconsidérer la situation, seul dans son salon.

Toujours dans l’optique d’utiliser les ressources disponibles, si on se penche sur les réseaux sociaux, on s’aperçoit depuis quelques années que les vidéos en direct bénéficient d’une visibilité accrue. On sait aussi que les filtres de la censure n’agissent qu’une fois que le direct est terminé, avant d’être accessible en rediffusion : les logiciels des géants du net n’interrompent pas (encore) une vidéo en temps réel, ils analysent le contenu après coup. Pourquoi ne pas lancer chacun un live d’un documentaire censuré, filmer avec son téléphone la vidéo existante d’un témoignage poignant ou dévoiler des captures d’écrans d’articles étouffés par la propagande pour sensibiliser un maximum de gens ? Il faut bien entendu penser à supprimer le live aussitôt terminé sous peine d’être sévèrement sanctionné, mais en prenant de vitesse la machine, l’opération peut avoir son petit effet.

On peut également s’appuyer sur la jolie mécanique du film « Un monde meilleur », décider que chaque résistant a pour mission d’ouvrir les yeux à trois personnes, et que ces trois personnes s’engagent à leur tour à réveiller trois autres individus. Outre l’aspect utopique de la démarche, mathématiquement, la vérité se propagerait alors comme un virus, aucun ordinateur ne pourrait rien contre le bouche-à-oreille.

Bien sûr, toutes ces idées nécessitent que je te facilite la tâche et qu’on s’organise un minimum. Il est même vital que j’arrête de réfléchir tout seul dans mon coin et que d’autres « cerveaux créatifs » fassent jaillir de brillantes idées en discutant de nos problématiques régulièrement. C’est pour cette raison que j’ai ouvert un groupe privé sur Telegram dédié à la réflexion, on pourra ainsi stimuler mutuellement nos esprits et trouver de nouveaux axes stratégiques.

Mais encore une fois, je ne t’ai pas fait acheter mon bouquin ou invité à me lire en ligne pour un annuaire, un catalogue de fringues, un site d’achat groupé, deux bracelets et un logo. C’est un bon début à mon petit niveau pour contribuer à changer le monde, mais finalement, toutes ces solutions sont des réponses matérielles dans un champ de bataille maîtrisé par nos adversaires. D’ailleurs, il se peut qu’en cas d’effondrement ou de simple coupure électrique cet hiver, toutes ces petites choses (à l’exception du logo que tu peux reproduire à la main et des messages inspirant que tu peux griffonner avec un simple marqueur) disparaissent. Pour vraiment mettre à terre les élites et le monde tel qu’il est… il va donc nous falloir nous aventurer sur un autre chemin. Un chemin plus escarpé, plus exigeant, mais terrifiant aux yeux de nos rivaux. Je suppose que dans leur tête, c’est un peu comme si je te proposais un plan échappant à tout contrôle afin d’assembler une arme à l’aide d’une imprimante 3D. Tout seul, dans ton coin et à l’abri des regards, tu deviendrais carrément dangereux à leurs yeux. Car dans les prochains chapitres, on va utiliser notre botte secrète, notre bombe atomique. Et cette ogive nucléaire n’est rien d’autre que notre conscience…


[1] Celui offert avec les goodies dans le coffret dédicacé.

[2] Tu peux m’écrire à contact@matthieubiasotto.com

Pour plus de confort, tu peux poursuivre ta lecture sur ta liseuse d’une traite. Les formats PDF, epub (Kobo et autres marques) et mobi (Kindle) sont disponibles à petits prix. 🤏📖❣️

Prochain chapitre dans

A propos de l'auteur

Matthieu Biasotto

Auteur indépendant toulousain, rêveur compulsif et accro au café. J'écris du thriller, du suspense avec une touche existentielle.

Commenter

Découvre mes 13 livres dans mon pack "L'intégrale numérique" à télécharger
par Matthieu Biasotto

Panier

Articles récents

Commentaires récents

Toggle Dark Mode
Toggle Font Size
0
    0
    Ton Panier
    Ton panier est videRetour boutique